LOGIN
Identifiez-vous ou créez un compte
Avatar
Pas encore de compte?

Enregistrez-vous. C'est gratuit. Vous profiterez ainsi de toutes les fonctionnalités du site

Réinitialiser mon mot de passe - Me rappeler mon identifiant

Identifiant
Mot de passe
Se souvenir de moi

A retenir :

Même si l’impact radiophonique est plus faible que la presse locale ou spécialisée, la radio peut constituer un support de proximité efficace avec les stations locales ou thématiques.

Depuis l’apparition des radios dites « libres », le paysage radiophonique s’est profondément modifié. Son évolution n’est pas sans rappeler la situation de le presse écrite, nationale et locale. Pour les associations, les radios locales, elles l’oublient souvent, peuvent constituer un excellent relais. Il faut savoir quand même que la chance de « passer » sur les ondes est plus mince que dans la presse.

Les radios locales

La plupart du temps, elles font partie de réseaux nationaux. Des « décrochages » locaux sont prévus plusieurs fois par jour. C’est dans ce cadre-là que les associations peuvent espérer faire passer certaines informations. Certaines radios du service public n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel aux associations en leur accordant des « créneaux ». Mais il faut être lucide : seules les informations d’une certaine intensité ou liées à la thématique du réseau (pop musique, musique classique, humour, culture) donnent de sérieuses chances de passer sur les ondes.

local-local : les associations peuvent avoir à faire à des radios purement locales (diffusion dans un canton ou dans une petite ville), structures souvent animées par des mouvements associatifs. Tout naturellement, elles peuvent relayer l’information des associations. Le tout est de savoir l’audience qu’elles recueillent dans le public.

Les radios nationales

Elles sont hors de portée du plus grand nombre des associations. Pour des événements ponctuels, elles peuvent s’adresser à elles, pour recueillir des témoignages ou pour avoir des réactions « à chaud » après un événement. Elles s’appuient en général sur des correspondants régionaux.

Le taux d’écoute

La dispersion des radios en une multitude de réseaux et de stations se traduit par une faible taux d’écoute unitaire. Deux ou trois stations nationales (RTL, Europe 1, France-Info et France inter) parviennent à atteindre ou dépasser les 10%. L’impact sera donc plus faible qu’une information publiée par la presse locale. Mais il faut se méfier des apparences : la diffusion d’une information concernant une association aura plus d’impact si elle est diffusée sur une station thématique.


Pour vous aider :
MAISON DES ASSOCIATIONS DE STRASBOURG