LOGIN
Identifiez-vous ou créez un compte
Avatar
Pas encore de compte?

Enregistrez-vous. C'est gratuit. Vous profiterez ainsi de toutes les fonctionnalités du site

Réinitialiser mon mot de passe - Me rappeler mon identifiant

Identifiant
Mot de passe
Se souvenir de moi

A retenir :

Une association, comme toute personne morale ou physique, doit gérer au mieux sa trésorerie.

  • le trésorier sera grandement aidé dans sa tâche en élaborant, avec les dirigeants de l'association, un plan de trésorerie.
  • Il devra ensuite faire preuve d'astuce et d'imagination.


La première source de financement d'une association est représentée par les cotisations de ses adhérents.

Le trésorier veillera donc à ce que les cotisations rentrent rapidement après leur appel. La tenue à jour du registre des adhérents permet de détecter rapidement les mauvais payeurs. Accessoirement, il permet aussi de mesurer le degré de motivation, d'implication des sociétaires.

La prestation fournie par l'association peut être payante (ex: cantine scolaire).

Le trésorier suivra attentivement les paiements. Dans certains cas (activités pérennes), il faudra même envisager de mettre en place un système de paiement d'avance.

Suivant la nature de l'activité ou de l'objet social, l'association peut prétendre à des subventions, publiques ou privées.

Le président peut intervenir efficacement dans la négociation. Mais au delà de la promesse ou de l'accord, le trésorier devra là encore veiller à l'encaissement rapide des subventions.

Au delà de ces recettes ordinaires, le trésorier, et les dirigeants de l'association, devront faire preuve d'imagination pour trouver d'autres sources de financement.

On peut distinguer deux grands types de recettes "de poche":

  • Celles liées à une activité commerciale, mais il faut être très attentif aux problèmes fiscaux directs et indirects,
  • Celles liées à des actions de notoriété publique: manifestations exceptionnelles (pas plus de six par an pour bénéficier sous certaines conditions de l’exonération de tout impôt), loteries. On peut aussi susciter les dons, les legs, ...

 

Du côté des dépenses, le travail est plus simple : il ne faut pas apparaître comme mauvais payeur, mais il ne faut pas non plus se précipiter pour régler les dettes. Il faudra, ne serait ce que pour les auditeurs et les administrateurs, exiger tout justificatif de paiement, factures, ...

La résultante de ces recettes et dépenses donne le solde de trésorerie. Rapproché régulièrement du plan de trésorerie, il permettra de choisir les meilleurs placements en cas d'excédent, ou les formules les moins coûteuses en cas de besoins.

Si un gros projet d'investissement est décidé, mettant à mal la trésorerie de l'association, son financement fera certainement l'objet d'un emprunt: le coût en sera moindre que celui d'un découvert bancaire important et peut-être durable.


Pour vous aider :

Guide FRANCE ACTIVE "Association et trésorerie"
Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes