LOGIN
Identifiez-vous ou créez un compte
Avatar
Pas encore de compte?

Enregistrez-vous. C'est gratuit. Vous profiterez ainsi de toutes les fonctionnalités du site

Réinitialiser mon mot de passe - Me rappeler mon identifiant

Identifiant
Mot de passe
Se souvenir de moi

A retenir :

Toute association doit s’efforcer d’anticiper ses flux financiers, afin de :

  • S’assurer de sa solvabilité, c’est-à-dire de la capacité de l’association à faire face aux échéances à venir,
  • Optimiser sa gestion financière, en choisissant la nature et la durée des financements pour en réduire les coûts et celles des placements pour en améliorer le rendement.

L’élaboration d’un plan de trésorerie passe par deux phases :

  • la détermination des besoins et ressources de trésorerie sur la période analysée, en recensant les mouvements de trésorerie générés par les activités de l’association, afin d’aboutir à une situation de trésorerie avant financements ou placements à court terme,
  • cette première phase permet ensuite de déterminer les opérations financières souhaitables, en ajustant les financements (facilités de caisse, crédits à court terme, ...) et les placements (livret, Sicav de trésorerie, ...) en collaboration avec le banquier de l’association.

 


Pour conduire sa gestion, l’association a besoin d’une visibilité suffisante. Cet éclairage de l’avenir doit se faire à différents horizons :

  • Sur quelques années (2 à 3 ans), afin de programmer le développement de l’association, ses investissements et sa capacité de mobilisation de ressources financières. L’association est ainsi en mesure de comparer différentes stratégies de développement possibles.
  • A l’horizon d’une année, en élaborant un plan de trésorerie mois par mois, afin de :
      • déterminer les dates des opérations ayant un impact sur la situation de trésorerie,
      • estimer les besoins de crédit et la possibilité de les obtenir auprès des banquiers,
      • prévoir le placement des excédents de trésorerie,
      • déterminer les charges et produits en résultant.
  • Au jour le jour, afin de maintenir les soldes bancaires au niveau souhaité, en principe au niveau zéro, pour éviter tout excédent non rémunéré ou tout coût supplémentaire résultant d’un découvert non autorisé par la banque.

Des méthodes relativement simples existent pour élaborer les prévisions de trésorerie ; elles doivent être choisies et adaptées en fonction des particularités et capacités de l’association.

Ce travail facilite grandement les relations qu’entretient l’association avec son banquier, en lui permettant de préciser au mieux ses besoins, notamment pour l’obtention des lignes de crédit à court terme.

Le plan de trésorerie favorise une négociation sereine de l’association avec son banquier, en lui permettant de définir au mieux ses besoins saisonniers sur l’année.

Organisation

L’établissement d’un budget de trésorerie de l’association, et plus généralement la mise en place d’une gestion de la trésorerie est un rôle normalement dévolu à son trésorier.

Ce travail nécessite un effort d’organisation pour tirer les enseignements du passé et formuler des hypothèses cohérentes et réalistes sur l’année à venir.

Compte tenu de la sensibilité des prévisions de trésorerie nette au choix des hypothèses, en particulier concernant les encaissements, il peut être utile d’élaborer différents scénarios. Des hypothèses plus pessimistes permettent ainsi de déterminer si les lignes de crédit négociées auprès des établissements de crédit sont suffisantes afin de couvrir d’éventuels aléas.

Exemple de plan de trésorie (document France Active - CNAR) :

 

 

 

 

Pour vous aider :

SOLFIA
Caisses du Crédit Mutuel
Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes